2024 : mini-journal de guerre - 24 mai

Avec Olga, Pacha, irina, Tola, Valera...

Nous préparions un voyage en Ukraine, trois semaines en avril 2022, quelques français de retour dans la zone de Tchernobyl. L'armée russe campait par là.
Nous échangions avec Olga pour préparer ce voyage, nous parlons désormais de la guerre.

Mini journal de guerre, février 2022 - février 2024 : Tchernobserv
Mini journal de guerre, février 2024 - mai 2024 : 24/2-24/5 2024
Le texte d'introduction au nouveau format du journal est en bas de page.


Samedi 25/5, 23h00

Le Monde, Live - Des pompiers ukrainiens en intervention dans le centre commercial touché par un bombardement russe à Kharkiv, le 25 mai 2024. VALENTYN OGIRENKO / REUTERS

Dans un communiqué, la société Epicentr K dont le magasin de bricolage a été détruit à Kharkiv explique « qu’après le déclenchement de l’alerte aérienne, le personnel a fait tout son possible pour évacuer les visiteurs et les employés dès que possible. Cependant, deux projectiles ont atteint la partie centrale du bâtiment quelques minutes après l’alerte. Après les deux frappes, un incendie à grande échelle a commencé ». Selon l’entreprise, « deux employés du centre commercial ont été tués et 11 autres sont injoignables ». L’entreprise exprime sa tristesse et ses profondes condoléances aux familles des morts et des blessés. Les familles d’employés recevront tout le soutien nécessaire.

Le maire de Kharkiv, Ihor Terekhov, a déclaré qu’un grand nombre de personnes manquaient toujours à l’appel et que jusqu’à 200 clients auraient pu se trouver dans les rayons du magasin au moment des frappes. [...]

Le Monde, Live

Samedi 25/5, 12h55

Lu : peut largement mieux faire sans prendre beaucoup de risques

Avec une aide matérielle intermittente, graduelle et dosée, l’interdiction d’employer les armes fournies sur le sol de l’ennemi agresseur et la peur d’engager le moindre humain sur le sol de l’allié, le soutien occidental à l’Ukraine depuis 2022 est peut-être le plus prudent, sinon le plus pusillanime, de l’histoire des soutiens à des pays en guerre. Il faut sans doute revenir à l’attitude des démocraties face à la guerre civile à en Espagne de 1936 à 1939 pour trouver pire. A l’époque, lorsqu’il faut choisir entre le soutien à la République espagnole ou aux rebelles franquistes, les démocraties préfèrent proposer un « pacte de non-intervention » qui interdit toute aide matérielle aux belligérants par peur d’une extension du conflit à l’Europe. L’Allemagne et l’Italie bafouent allègrement ce pacte et vendent ou fournissent très vite des équipements aux nationalistes dont ils sont proches idéologiquement, sans que cela suscite la moindre rétorsion par peur de « provoquer ».

[...] Le cas des hommes est plus délicat. Dans une situation de « confrontation froide » où aucun des deux camps opposés ne veut franchir le seuil de la guerre, il est toujours délicat de s’engager militairement sur le même terrain que son adversaire. Il y a donc une prime au premier qui s’engage puisqu’il empêche l’autre de le faire. Allemagne et Italie envoient très tôt dans la guerre des unités de combat, respectivement la Légion Condor et le Corps de troupes volontaires, qui pèsent évidemment très lourd dans les combats. Cette contradiction on ne peut plus flagrante du Pacte de non-intervention est masquée par le label du « volontariat ». Ces unités constituées ne sont donc pas officiellement des instruments étatiques mais des organisations non gouvernementales combattantes. Personne n’est dupe, évidemment, mais cela sert d’excuse pour ne rien faire. Il est vrai aussi qu’il y a également des volontaires individuels qui viennent aussi combattre par conviction dans les rangs nationalistes.

[...] Les démocraties occidentales sont beaucoup plus audacieuses fin 1939 pour aider la Finlande agressée par l’Union soviétique, qui vient d’envahir une partie de la Pologne alliée et soutient massivement économiquement l’ennemi allemand. Cette fois le soutien matériel franco-britannique, et même italien, est franc et massif. La France propose par exemple de fournir 200 avions. On renoue avec les unités de volontaires, qui viennent de partout mais principalement de Suède. La nouveauté est que la France et le Royaume-Uni envisagent d’engager des unités régulières en Laponie face à l’Union soviétique et même de bombarder Bakou. On ne sait pas trop ce qui serait passé si ces projets fumeux avaient été mis en œuvre. Ils n’auraient pas fait grand mal de toute façon à l’URSS et peut-être en serait-on resté au stade des accrochages, ces petits franchissements du seuil de la guerre que l’on peut ignorer et oublier si on en reste là. La défaite de la Finlande en mars 1940 coupe court à toutes ces ambitions.

[...] Avant l’entrée en guerre en décembre 1941 l’aide américaine est d’abord matérielle, mais on assiste à une initiative originale. Claire Lee Chennault, ancien officier de l’US Army Air Force devenu conseiller militaire de Tchang Kaï-chek en pleine guerre contre le Japon, obtient de faire bénéficier la Chine d’une centaine d’avions de combat américain mais aussi de pouvoir recruter une centaine de pilotes et de 200 techniciens américains rémunérés par une société militaire privée (la CAMCO). On les baptisera les « Tigres volants ». La SMP est un moyen pratique « d’agir sans agir officiellement ».

La guerre froide, cette confrontation à l’échelle du monde, est l’occasion de nombreuses aides à des pays en guerre y compris contre des rivaux directs « dotées » de l’arme nucléaire. Dans les faits, cela ne change pas grand-chose aux pratiques sinon que les nouveaux rivaux sont encore plus réticents que les anciens. L’Union soviétique aide ainsi successivement la Corée du Nord et la Chine pendant la guerre de Corée puis la République du Nord-Vietnam, contre les États-Unis, directement engagés, et leurs alliés. Elle aide aussi plus tard l’Égypte et la Syrie face à Israël, la Somalie face à l’Éthiopie puis l’inverse, l’Irak face à l’Iran ou encore l’Angola face à l’Afrique du Sud. La méthode soviétique est toujours la même. L’aide matérielle est rapide, massive et complète (même si les Chinois se plaignent d’avoir été insuffisamment soutenu en Corée) et d’une valeur de plusieurs milliards d’euros par an. Cette aide matérielle s’accompagne toujours d’une aide humaine, si les troupes américaines ne sont pas là, avec l’envoi de milliers de conseillers, techniciens, servants d’armes complexes.

[...] L’URSS n’exclut pas l’engagement d’unités de combat, en mode masqué, mixte et fondu dans des forces locales si on veut rester discret comme les pilotes soviétiques engagés au combat contre les Américains en Corée ou au Vietnam. Elles peuvent aussi être engagées plus ouvertement mais en mission d’interdiction, c’est-à-dire sans chercher le combat. En 1970 en effet, en pleine guerre entre l’Égypte et Israël, les Soviétiques engagent une division complète de défense aérienne, au sol et en l’air, sur le Nil puis sur le canal de Suez. Cela conduit à des accrochages entre Soviétiques et Israéliens sans pour autant déboucher sur une guerre ouverte que personne ne veut.

[...] Les pays occidentaux, de fait les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, pratiquent sensiblement les mêmes méthodes et respectent les mêmes principes. L’aide matérielle est normalement sans restriction surtout si elle est financée, comme en Irak dans les années 1980 (où Soviétiques et Occidentaux se retrouvent dans le même camp) avec quasiment toujours les techniciens nécessaires et une structure de formation. On applique ensuite le principe du « premier arrivé interdit le concurrent » et quand les Soviétiques sont là, on n’y est pas ou le plus discrètement possible. Quand les Soviétiques ne sont pas là en revanche on peut se lâcher. La France envoie, à son échelle, des soldats fantômes, des conseillers-instructeurs, des forces d’appui ou même des unités en interdiction, comme en 1983 au Tchad face à la Libye où, malgré les accrochages, on reste au stade de la confrontation avec la Libye sans franchir le seuil de la guerre.

[...] Il faut retenir de tout cela que quand deux nations qui ne veulent pas entrer en guerre – et le fait d’être deux puissances nucléaires est une bonne raison pour cela – n’entreront pas en guerre, même si l’une aide une nation contre laquelle l’autre se bat directement. Le fait que cette aide dans son volet matériel soit graduelle ou massive n’a jamais rien changé à l’affaire, donc autant qu’elle soit massive, car c’est évidemment plus efficace. Que des armes livrées servent à frapper le sol de son adversaire n’a jamais eu non plus la moindre incidence. L’engagement humain est plus délicat. Il est souvent indispensable pour rendre l’aide matérielle beaucoup plus efficace et le risque d’escalade avec l’adversaire est faible.

[...] Le vrai risque d’escalade entre deux rivaux survient avec les rencontres de combattants. Un premier procédé pour en diminuer les conséquences politiques est de diluer ses combattants dans les unités locales sous forme de « volontaires », ce qu’ils peuvent d’ailleurs parfaitement et tout à fait légalement être. Le second procédé consiste à « privatiser » les unités dont on sait qu’elles vont entrer en contact avec l’adversaire, sous forme de compagnies de « Tigres volants » (aux manches d’avions F-16 pourquoi pas ?) ou de brigades politiques. L’État peut dès lors nier toute responsabilité directe. Cela n’abuse personne mais donne le prétexte à l’adversaire de ne pas escalader contre son gré. Le troisième procédé, plus risqué, consiste à engager de vraies unités de combat régulières mais en mission d’interdiction loin de la ligne de contact. Les exemples (rares) cités, en Égypte ou au Tchad, ont plutôt réussi mais au prix de l’acceptation d’accrochages et donc de l'approche du seuil de la guerre, mais encore une fois si les deux adversaires ne veulent pas franchir ce seuil, celui-ci n’est pas franchi. Il n’est pas dit que cela soit toujours le cas mais il en été toujours été ainsi entre puissances nucléaires.

En résumé, si on revient sur la copie des alliés de l’Ukraine au regard de l’histoire, on pourrait inscrire un « trop timide, peut largement mieux faire sans prendre beaucoup de risques ».

La voie de l'épée, Michel Goya, Le soutien militaire à l'Ukraine au regard de l'histoire
Cartoon Movement, Zap, Warning

[...] Dans une interview accordée au quotidien britannique The Guardian, Radoslaw Sikorski, le ministre des affaires étrangères polonais, déclare que la Pologne soutient le droit de l’Ukraine de frapper des cibles militaires en Russie, estimant que l’Occident doit cesser de se limiter constamment dans ce qu’il fait pour soutenir l’Ukraine : « Les Russes frappent le réseau électrique ukrainien, ses terminaux céréaliers, sa capacité de stockage de gaz et ses infrastructures civiles. L’opération russe est menée depuis le quartier général de Rostov-sur-le-Don. Hormis le fait de ne pas utiliser l’arme nucléaire, la Russie ne se limite pas beaucoup. »

Il fait aussi part de son scepticisme quant aux menaces russes d’utiliser des armes nucléaires : « Les Américains ont dit aux Russes que s’ils font exploser une bombe nucléaire, même si elle ne tue personne, [les Américains] atteindront toutes les [positions russes] en Ukraine avec des armes conventionnelles, les détruirons toutes. »

Pour lui, l’Europe doit apprendre à jouer le jeu de l’escalade avec la Russie, en laissant Vladimir Poutine dans l’incertitude quant aux intentions de l’UE : « Toujours déclarer quelles sont nos lignes rouges ne fait qu’inviter Moscou à adapter ses actions hostiles aux limites que nous nous imposons. » [...]

Le Monde, Live

Samedi 25/5, 10h25

[...] Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré le 24 mai que les États membres de l'OTAN devraient envisager de lever les restrictions sur l'utilisation par l'Ukraine d'armes fournies par l'Occident pour frapper des cibles militaires en Russie.

Stoltenberg a déclaré que ces restrictions rendent difficile la défense des forces ukrainiennes contre l'opération offensive russe dans le nord de l'oblast de Kharkiv. ISW continue d'évaluer que les limitations occidentales de la capacité de l'Ukraine à frapper des cibles militaires en Russie ont créé un sanctuaire dans la zone frontalière de la Russie à partir duquel les avions russes peuvent mener des frappes de bombes planées et de missiles contre les positions ukrainiennes et où les forces et équipements russes peuvent se rassembler librement avant d'entrer en combat. [...]

ISW, évaluation de la campagne offensive russe, 24 mai, traduction automatique

Alouchta, Perevalne, Saky, Simferopol… La nuit du jeudi 23 au vendredi 24 mai a été marquée par de nouveaux bombardements en Crimée, un territoire occupé par les forces russes depuis 2014, mais que l’Ukraine n’entend pas laisser dans les mains de Moscou. Selon plusieurs messages et images diffusés sur les réseaux pro-ukrainiens, des missiles ATACMS à longue portée ont atteint plusieurs localités, situées dans le sud de la péninsule, frappant ici une station radar, là un centre de télécommunications… [...] Ces frappes ciblées sur la Crimée sont quasi quotidiennes, depuis le début du printemps. Chaque nuit ou presque, des missiles et des drones, aériens mais aussi navals, sont lancés par les Ukrainiens sur des installations militaires russes.

[...] Si l’essentiel des combats se déroule sur le continent, la Crimée reste aussi une importante plate-forme logistique pour alimenter l’armée russe sur le front sud. Des convois ferroviaires continuent de passer par le pont de Kertch, même si les dommages causés à l’ouvrage, en 2022 et en 2023, limitent le tonnage transporté, et de nombreuses navettes traversent la mer d’Azov jusqu’à la côte est de la péninsule, afin de ravitailler les troupes de Moscou.

[...] Pour les militaires occidentaux, cibler les radars et les défenses antiaériennes russes en Crimée a enfin pour objectif de préparer l’arrivée des avions de combat occidentaux en Ukraine. Une soixantaine de F-16 ont été promis par le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et la Belgique, et les premiers exemplaires sont attendus au début de l’été. « Les Russes utilisent leurs moyens de détection en Crimée pour savoir ce qui se passe dans l’ouest de l’Ukraine. Il est impératif de casser ces moyens pour que les Russes ne puissent pas voir arriver en temps réel les F-16, ce qui leur permettrait de réagir », explique Stéphane Audrand [consultant en risques internationaux]. [...]

Le Monde, Guerre en Ukraine : pourquoi la Crimée reste la priorité de Kiev

Samedi 25/5, 10h20

Pacha va bien, on a parlé. Il embrasse tout le monde. Il commence le travail [ce] soir.

Olga, Viber (texte)

Samedi 24/2/24, deux ans plus tard

Après deux ans d'une observation ininterrompue des effets de l'invasion russe en Ukraine, le mini journal de guerre publié par Radio-Tchernobyl va changer d'angle.
La guerre n'est certes pas terminée, mais ces deux années détaillent assez, maintenant, ce qui me semble une persistance du 20e siècle dans le 21e.

1. Conflit temporel

L'effondrement de l'Union soviétique, la fin de la Guerre Froide, les dividendes de la paix, le commerce global, la traîne de la dissuasion nuc semblaient les marches du nouveau siècle — sur une planète malade de la croissance humaine.
A peine avait-on commencé à penser à relever les manches qu'un vieil espion tirait sur la marche arrière pour déployer sa nostalgie d'un espace-temps périmé dans l'Ukraine d'aujourd'hui. C'est peut-être la seule manière de comprendre l'expression russe officielle "d'opération militaire spéciale" : un conflit temporel.

La résistance ukrainienne a claqué la suffisance russe. Aujourd'hui que l'Ukraine est dans le dur, on oublie que les parieurs la donnaient d'emblée vaincue. Pacha et ses camarades souffrent sur le front et toute la société civile vit dans la crainte des attaques, mais l'Ukraine a résisté et interdit la Mer Noire. L'aspiration ukrainienne à se tenir au-dessus du diktat russe résiste.

2. Retour au nuc

Outre la résurgence d'une guerre d'agression, justifiée par un salmigondis idéologique ultra carnivore, dans un espace européen qui s'en pensait débarrassé, la course à une disponibilité massive de l'énergie (à l'encontre de toute autre alternative) s'accouple à la guerre dans un retour au nuc, comme au bon vieux temps de la crise pétrolière des années 1970.

Ce que l'on reprochait au paradigme de la filière nuc du siècle dernier n'a pas changé (c'est toujours complexe, long, cher, sale pour longtemps, dangereux et pas souverain pour deux sous), mais l'on tartine ces écueils d'un pur beurre startup, petit, modulaire, CO2 free et de milliards sans cesse renouvelables. C'est magique.
Cette course au nuc n'est pas seulement française, la guerre est l'occasion de rebattre les cartes.

Il est intéressant de se souvenir que la Russie, qui fait l'essentiel de son gras en vendant des hydrocarbures, n'a jamais lâché son industrie nuc, lucrative et précieuse à l'international sur le plan politique. La guerre de Putler pousse tout le monde (les acteurs historiques comme les petits nouveaux) dans ce sens-là.

3. Union de l'Europe

Sur un plan politique, la guerre a mis l'Europe au pied du mur.
Si le mélodrame hongrois a pu illustrer la faiblesse du jeu démocratique, là où les autocrates ne s'embarrassent de rien, l'Union s'est montrée unie et solidaire avec l'Ukraine. Jamais assez vite, mais tout de même : rien de commun avec les conflits précédents (lointains, lointains). Ce n'était pas gagné.

Le cinéma du Premier ministre hongrois, sous un prétexte d'alternative au militarisme de l'Union, n'est en réalité que la pointe d'un opportunisme maison (l'accès au gaz russe) et de règlements de compte avec l'esprit communautaire (les pressions de l'UE sur le népotisme du Premier ministre hongrois). Bref : du nationalo-perso qui doit nous tenir aux aguets.
Globalement, si la vitalité des nationalismes et de l'extrême-droite tend à péricliter dans l'exercice du pouvoir (Bolsonaro au Brésil), la tentation de s'enfermer dans ce que l'on a encore reste une réponse "spontanée" à la crise. Le caractère increvable d'un Trump laisse penser que le volume de l'enflure impressionne toujours.

A contrario, nous avons vu le remarquable accueil réservé aux réfugiés ukrainiens, partout en Europe.

4. Ondes de choc

Durant ces deux ans, nous avons vu que les centrales nucs, les barrages, les écoles, les gares, etc. faisaient des cibles potables pour l’obsession crasse de Putler.
Nous avons vu l'envol des drones.
Nous avons vu que les instances internationales produisaient des phrases, des visites et des injonctions.
L'OTAN s'est agrandie, la Corée du Nord aboie plus aigu, les marges de l'ex-URSS tirent sur leurs ancres.
La Chine regarde comment s'y prendre à Taïwan. Les États-Unis, dont l’interventionnisme s'est fatigué en Irak et en Afghanistan, n'ont plus tant la main.

5. Quelle suite ?

Ce résumé lapidaire est la sorte de synthèse que m'inspirent 24 mois de nourriture médiatique (ce n'était pas du tout mon régime) sans indigestion (curieusement). Ce fut ma manière d'être avec les Ukrainiens.

Durant ces deux années, éplucher les flux d'informations est devenu une activité de premier plan. Sans compétence particulière, avec des attentions variables, aussi bien que j'ai pu, j'ai posé sur le fil de ce mini-journal de guerre les exemples, les signaux, les indices, les flagrances du courant rétrograde qu'induit Putler, dans l'attente de son rencard avec la mort. Je l'ai fait pour en garder la trace précise, tant l'actualité s'enterre elle-même.

Je me souviens que Putler voulait prendre Kyiv en trois jours.
Pourquoi ne pas continuer jusqu'à... la fin de la guerre ? J'ai suffisamment relayé la parade des salopards.

J'en ai parlé à Olga, qui ne voit pas pourquoi je devrais m'interdire d'arrêter. Au motif que les Ukrainiens ne le peuvent pas ?

J'ai commencé ce journal le 23 février 2022, pour transmettre des nouvelles d'Olga et c'est devenu une revue de presse. Mais en effet, la composante unique du journal reste la voix d'Olga, de sa famille, de nos amis là-bas et du moins loquace d'entre eux (et pour cause), Pacha, sous la caillasse.
C'est essentiellement sous cet angle désormais que je noterai, dans cette nouvelle version du mini journal, la trace du coup de main de Putler sur notre 21e siècle. Olga devient notre correspondante de guerre officielle.

Un mot de remerciement à "traduction automatique & Deepl", aux journalistes et informateurs divers, aux photographes et illustrateurs, remarquables, dont j'ai collé les phrases et les images sur mon fil durant ces deux ans.

Et un clin d’œil aux quelques lecteurs qui s'en iront parcourir eux-mêmes le Live ininterrompu du Monde, les articles du Kyiv Independent ou de Meduza, les annonces rigolotes de World Nuclear News, les mises en garde du Bulletin of the Atomic Scientists, les avis de l'ISW. Il ne me paraît pas nécessaire de surveiller les mises à jour de l'AIEA : elles se valent toutes.

Slava Ukraïny !

Lituanie, pièce de 2 euros de 2023 [sur une page blanche], "Slava Ukraïny"