Le jeune Tchernobyl a vingt-quatre ans. Il ne parle pas très bien encore. Ou bien nous ne savons pas le comprendre. Nous le surveillons du coin de l’oeil, notre Golem.
Si une enfant, un jour, doit lui arrêter le cœur, il lui faudra d’abord le rassembler car il est très éparpillé. Peut-être est-ce une stratégie de l’espèce (des Golems) pour se prémunir contre nos remords.