Une nouvelle résidence est en chantier. Dates prévues : mi-aout, fin septembre 2009.

LES INSCRIPTIONS SONT CLOSES POUR 2009 : RENDEZ-VOUS POUR LA PROCHAINE…

L’actualité ne démentira pas la nécessité de témoigner efficacement, encore et encore, des réalités de l’accident nucléaire.
Au-delà du fantasme, des diktats et des débats d’idées, qu’est-ce qu’un territoire contaminé, comment y vit-on, comment notre espèce saurait-elle composer avec ces espaces-temps hors-normes : autant de questions d’avenir pour lesquelles l’acuité de l’honnête homme, son aptitude à sonder ses propres troubles, à s’y exposer sans a priori tenace, nous incitent à réitérer l’expérience de 2008.
L’efficacité de ces résidences en banlieue de Tchernobyl, la qualité des productions qui en sont issues, nous font travailler à l’établissement d’un observatoire permanent : « TchernObserv ».

Ouverte aux artistes professionnels pour des séjours de trois semaines, la proposition s’étend cette année à toutes les personnes, acteurs de la société à des titres très divers, mais disposées à confronter leur opinion, leur connaissances, leurs convictions à l’étrangeté de ces zones floues.

La plaquette de l’appel à résidence #2009 est disponible (pdf).
Merci d’utiliser ce formulaire pour la recevoir.

————————————————————

A new residence has been devised . It is to take place between mid-August and the end of September, 2009.

The current news will not deny that efficient testimony about the actuality of nuclear hazards is still highly necessary, and that people should be reminded about it on and on.
Beyond fantasy, diktats and intellectual arguments, our future is questioned : what is a contaminated area ? How does one manage to live there ? How could our species possibly manage those out-of-bounds space-time zones ? We are bound to renew the 2008 experience, as the “Honnête Homme” ‘s acuteness, their ability to fathom their own doubts, to face them without any unshakable preconceived opinions are spurring us to do so. The efficiency of these residences in the vicinity of Tchernobyl, the quality of their artistic outputs, have pushed us into setting up a permanent observatory : “TchernObserv”.

This year’s offer is open to all professional artists, for three- week stays. The offer also extends, this year, to every active member of our modern society, whatever their part in it, as far as they are won to confronting their opinions, their knowledge and certainties with the weirdness of these blurred areas.

The presentation document concerning this year’s residence is now available (pdf).
Please use this web form to obtain it.

Tchernobserv accueille du 21 aout au 29 septembre à Volodarka :

Cathy Blisson, en tant qu’auteur cette fois
Sébastien Bocquet, dessinateur
Julien Borel, vidéaste
Antoine Choplin, écrivain
Elena Costelian, plasticienne
Patricia Le Calvez, photographe
Brice Maire, photographe
Caroline Melon, auteur
Pascal Rueff, sonographe (avec le soutien de YesAudio)
Morgan Morgan, chanteuse.

Nous repartons.
Et avec plaisir.
Le problème est entier, un peu de conscience n’y changera rien.
Nous sommes contents d’aller vers Tchernobyl, tant ce mot-phare n’est plus seulement, pour nous, le noyau d’un mal incoercible.
Nous allons vers les amis. Vers un pays très beau.
Vers un mode de vie d’où nous regarderons les épisodes suivants du traitement de la future grippe générale : annonce, comptage, annonce, pointage, annonce, antiviral, annonce, plan national, annonce, prudence, veille, annonce, annonce, chèque collectif pour un vaccin à venir dont on ne sait s’il sera efficace, s’il ne sera pas pire que le mal, et que l’on dispensera de la procédure normale d’habilitation sous couvert d’urgence, annonce, on ira même jusqu’à garantir le fabricant contre d’éventuelles procédures en cas de drame, annonce, et je me souviens que nous ne sommes pas fichu d’imaginer et de produire, pour réduire nos problèmes, des solutions qui ne soient pas elles-mêmes les germes du problème suivant.
Nous sommes contents d’aller vers Tchernobyl : ce scénario-là est réalisé.
Nous tendons l’oreille : et qu’est-ce qu’il raconte ce scénario-là ?

La suite dans quelques semaines.